Conférence-débat « Galilée, ce visionnaire qui devait se taire… » – Mercredi 29 novembre à 20h

Jean Kokelberg, Professeur de rhétorique retraité
Lauréat du Mot d’Or en 1999 (Paris, Ministère de l’Economie)

Il prend soin lui-même de construire son instrument, de le perfectionner sans tergiverser et de le diriger vers le ciel, qu’il scrute de soir en soir. Sidéré par ce spectacle… sidéral… et si déran… geant pour l’Eglise du temps, il se démène comme un beau diable pour bousculer la vision erronée de Ptolémée. Tellement ensorcelé par la fulgurance de ses découvertes, il manque de diplomatie, ce qui lui vaut d’être censuré… pour orbites insolites. Galilée et l’Eglise se… télescopent ! Coupable d’hérésie et de désobéissance, Galilée se voit assigné à résidence ; il meurt aveugle – ô comble – à Florence en janvier 1642. Merci Galilée, grâce à ton entêtement, la physique a enfin pu prendre son divin élan. Pour qu’un pape polonais te réhabilite, il faudra trois siècles et demi d’attente…