Le mot du président – 2ème semestre 2015

Mesdames, Messieurs,
Chères amies, chers amis,

Que nous soyons parents ou grands parents, l’éducation de nos enfants est une de nos préoccupations fondamentales, et à chaque rentrée scolaire ou académique un certain stress l’accompagne, aussi bien chez les grands que chez les petits.

Au sein de l’action laïque nous espérons qu’à force de taper sur le clou, il finira par s’enfoncer.
« Depuis la naissance du mouvement laïque, l’éducation et l’enseignement sont au centre de ses préoccupations. Le Centre d’Action Laïque (CAL) et plusieurs de ses associations constitutives soutiennent avec force l’école publique, celle qui permet l’émancipation de tous, développe l’esprit critique et constitue le seul cadre d’apprentissage garantissant le respect de l’émergence des singularités et des individualités dans un projet de vie collectif. » (Extrait du rapport 2014 du CAL).

Faisant suite à l’arrêt de la Cour Constitutionnelle du 12 mars 2015, certaines réformes devront être mises à exécution.
Dans son essence, cet arrêt reconnaît le « droit des parents à ce que leurs enfants ne soient pas confrontés à des conflits entre éducation religieuse ou morale donnée par l’école et les convictions religieuses des parents », ainsi que « leur droit à ne pas divulguer leurs convictions religieuses ou philosophiques, qui relèvent du for intérieur de chacun », c’est à dire le droit à la vie privée.

L’instauration de ce cours alternatif, appelé à ce jour, Encadrement Pédagogique Alternatif (EPA), dont son contenu n’est pas tout à fait défini, ne résout pas définitivement le problème mis en « évidence par l’arrêt de la Cour Constitutionnelle, en effet certains enfants seront encore « étiquetés » de l’une ou l’autre religion ou de morale non confessionnelle.
Normalement le cours EPA devrait, à terme, devenir un cours de Philosophie, rendu commun, obligatoire, en remplacement des cours de religion et de morale non confessionnelle et, dispensé à raison de deux périodes par semaine.

Le CEDEP, Centre d’Étude et de Défense de l’École Publique, n’a pas attendu la situation que l’on vit aujourd’hui pour proposer un cours qu’il intitule Éducation Philosophique, Éthique et Citoyenne (EPEC), dont son contenu est le fruit d’un groupe de travail auquel ont participé les 13 associations membres du CEDEP ainsi qu’un groupe d’experts.
J’espère que vous vous retrouvez encore avec tous ces sigles.

Sera-t-elle ainsi devenue l’école de l’égaliberté, chère au philosophe Edouard Delruelle ?
Certainement pas. Tout ceci ne concerne pas l’enseignement catholique, car idéalement, dans un but d’égalité, le cours d’Éducation Philosophique devrait être dispensé en commun à tous les élèves.

Nous disons, avec la FAPEO, Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel, que ce combat n’est pas entre « ceux qui croient au ciel et ceux qui ne croient pas » mais bien entre ceux qui veulent une école figée à l’image de celle qui existait en 1959 et ceux qui veulent une école adaptée aux enjeux de notre siècle.

Le pacte scolaire a vécu !!!

Rafael Cantillana