Passeport pour le Monde « Foi et tolérance à travers le temps : entre intégrisme et pragmatisme » par Guy Donnay – Mercredi 26 avril à 20h

Par Guy Donnay, Professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles

Né à Liège en 1933, Guy Donnay est docteur en philologie classique et licencié en histoire de l’art et archéologie de l’Université Libre de Bruxelles. De 1968 à 1993, il dirige le Musée royal de Mariemont, où il est entré comme assistant en 1963. Parallèlement, il enseigne à l’ULB l’histoire de la religion grecque et celle de la pensée scientifique de l’Antiquité de 1970 à 1998. Il participe également à des fouilles archéologiques en Grèce et en Syrie.

Philologue et historien des religions, il a publié en 2010 Au commencement était le Logos… et après ? La philosophie vue par un philologue et, en 2016, Les religions. Approche historique à l’intention des non-croyants.

« Foi et tolérance à travers le temps : entre intégrisme et pragmatisme »

L’intolérance est le propre des religions à vocation universelles, telles que le christianisme et l’islam, mais pas seulement. Les polythéismes devraient être a priori plus tolérants mais leur tolérance a des limites face à des croyances que les autorités jugent dangereuses ou nocives, ce qui fut notamment le cas du christianisme sous l’Empire romain avant Constantin. La coexistence pacifique de plusieurs religions au sein d’un même État n’est le plus souvent possible que là où celle des élites dirigeantes est minoritaire. Lorsqu’elle est majoritaire, la tentation est grande pour ces élites de l’imposer à tous les ressortissants de l’État afin d’en cimenter l’unité. Ce sont les mécanismes de ces jeux entre politique et religion que Guy Donnay se propose de démonter à la lumière de quelques exemples historiques de l’Antiquité à nos jours.

11ème édition Foire du Livre – Dimanche 23 avril de 10h à 17h – Hall Omnisports de Trooz

11 ème Édition de la Foire du Livre de la Maison de la Laïcité de Trooz asbl

Dimanche 23 avril 2016 de 10h à 17h
Hall omnisports de Trooz (Rue de l’Eglise 22 à 4870 Trooz)
Infos : 0471 59 37 48 – ml4870trooz@gmail.com

Pour tous les amoureux du livre, cette foire est une occasion unique de bouquiner à son aise en cherchant livres anciens et nouveaux, bandes dessinées, timbres et images, et pourquoi pas aussi vinyles et CD, le tout dans une ambiance conviviale. L’entrée est gratuite.

Une cinquantaine de bouquinistes seront présents. Des lectures de contes sur le thème du rire seront organisés de 14h30 à 16h30. Il y aura également un espace auteurs dès 14h avec Paul De Ré, Ghislaine Jermé, Jean-Louis Lejaxhe, Pascale Maeck, Annette Misen, Vinciane Pahaut et Julie Roger.

Une 11ème édition remarquable à ne rater sous aucun prétexte !

Passeport pour le Monde : Bistrot-citoyen « Peut-on ne pas croire ? » – Mercredi 19 avril à 20h

Bistrot citoyen, projection-débat, animé par Robert Meunier (administrateur à la Maison de la Laïcité de Trooz).

Tout au long de sa destinée, l’homme s’est construit de grands récits pour expliquer le sens de sa vie et le sens du monde.
Devant l’énigme de sa présence dans un univers en expansion constante, l’humain a élaboré des schémas intellectuels et sensibles lui permettant de faire face à sa condition.
Il a imaginé des rites, des légendes, des contes, des religions pour tenter de comprendre l’origine du monde, l’organisation de la nature et la signification de son existence.
Même si la science s’impose de nos jours, avons-nous pour autant cessé de croire ?
Autrement dit, pouvons-nous construire notre rapport au monde, aux autres humains et à nous-même sur base des seuls fondements de la rationalité scientifique, en fonction de connaissances et non de croyances ? Or que signifie croire ?
Pouvons-nous ne pas croire ?
Ce documentaire ira à la rencontre de scientifiques, de croyants, de philosophes qui nous feront part de leurs réflexions sur les rapports entre croyances et connaissances, science et religion,  foi et raison.

Reportage Découvrir le Monde : « Traversée de l’Australie et de l’Eurasie en vélo » – mercredi 12 avril à 20h

Par Martin Pichault, bio-ingénieur

Après un voyage de 15 mois à travers l’Australie et l’Eurasie en vélo riche en rencontres, dormant sous tente et chez l’habitant, Martin Pichault, 27 ans, est animé d’une volonté de partager cette expérience et un regard changé sur l’humanité. Avec de nombreux récits et photos, il expose les modes de vies, les cultures, et les mentalités dans la quinzaine de pays qu’il a visités dont la Thaïlande, le Myanmar, la Chine, le Kirghizstan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, l’Iran, ou la Turquie. Entraide, hospitalité, altruisme, bienveillance, amitié sont autant de mots-clés pour décrire l’accueil sans limite des locaux. Sans oublier de démystifier certains aspects du voyage en général, et en laissant de la place à vos questions.

Projection-conférence « Nos mères, nos daronnes » – mercredi 5 avril à 20h – Centre culturel de Soumagne

« Nos mères, nos daronnes »

Projection-conférence présentée par Madame Bouchera AZZOUZ,
conférencière française défenderesse des droits des femmes,
documentariste, réalisatrice, auteure de « Fille de daronne* et fière de
l’être » et « Les femmes au secours de la République ».
Madame Azzouz nous fera entrer dans la vie de sa mère, femme de
caractère, qui voulait le mieux pour la libération de sa fille, comme pour
celle de ses fils.

Réservations souhaitées
Jean Rossi : 0496 13 36 43
Au centre culturel de Soumagne-Bas
Rue Pierre Curie 46
4630 Soumagne

PAF : 3€

Elle nous présentera le film qu’elle a réalisé pour France 2, « Nos mères, nos
daronnes », complétera ce film et répondra ensuite à nos questions sur la
vie des femmes des quartiers populaires, dans les banlieues.
Bouchera Azzouz, d’ascendance musulmane, décrit un parcours de
libération extraordinaire, du port du voile abandonné depuis longtemps,
pour la défense des droits des femmes, voilées ou non voilées, d’origine
immigrées ou non. Elle est actuellement présidente des « Ateliers du
féminisme populaire ».

Dans «Les femmes au secours de la République », elle défend avec Corinne
Lepage, ancienne Ministre et Députée européenne, l’émancipation des
femmes et leur rôle essentiel pour défendre les valeurs de la République
laïque.

Ce cycle d’activités autour du « vivre ensemble » est né de la volonté
de 7 associations laïques à savoir : le Comité d’Action Laïque de
Soumagne Elso CAPPAasbl, le Comité d’Action Laïque de Herveasbl, le
Comité d’Action Laïque de Fléron Beyneasbl, la Maison de la Laïcité de
Pepinster « Espace Georges Sironval » asbl, la Maison de la Laïcité de
Trooz asbl, Kabongoye asbl, le centre culturel Arabe en Pays de Liègeasbl,
en collaboration avec le centre culturel de Soumagne.

* Daronne (argot) désigne la première femme que l’on aime dans sa vie, c’est évidemment la mère.

Press book : http://www.bouchera-azzouz.fr/

 

Conférence-débat « La sale guerre et le périple des terre rares (coltan), minerais de sang, au Kivu » – mercredi 29 mars à 20h

Par Jacques Thorez, Géologue, Professeur émérite de l’Ulg

L’exposé illustre l’origine, au Kivu, du coltan extrait de mines artisanales, surtout par des enfants, au milieu des conflits incessants entre groupes armés antagonistes qui se battent pour le contrôle de ces exploitations. Il évoque aussi les massacres, viols, rapts de jeunes femmes et d’enfants-soldats, les déplacements des populations, la destruction de l’habitat, les influences des politiques changeantes et l’absence de toute mesure contraignante.

La suite de l’exposé illustre le périple de ces minerais qui alimentent les industries électroniques High-tech pour la fabrication d’objets numériques devenus « indispensables » à la vie moderne, dans des usines à personnel féminin surexploité, et se clôture par le sort de ces e-objets qui aboutissent dans des dépotoirs africains à ciel ouvert consacrés au « recyclage» partiel des métaux précieux utilisés.

En d’autres termes, l’exposé boucle un sujet qui tient à un enchainement de secrets… Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés les plus gros sont gardés par/grâce à l’incrédulité (volontaire ?) des multinationales High-Tech et d’un public avide de posséder nombre d’objets électroniques dont la vie moderne ne peut plus se passer ! Doit-on continuer à fermer les yeux ?!